Rencontre avec Alain Giger, 

Coach et Médium Guérisseur,

Catalyseur de vos rêves !

Il caresse doucement sa barbe blanche de vieux sage avant de poser sur moi ses yeux pétillants comme ceux d’un enfant : « Oui, j’étais cartésien. Mais j’ai grandi. J’ai accueilli l’infini et compris que ce qu’on qualifie de rationnel n’est qu’une infime partie du réel. » Né en 1962 dans le Jura suisse, Alain Giger est un personnage hors du commun. Mécanicien automobile, il devient ingénieur informatique puis dirigeant d’entreprises d’envergure internationale avant de tout plaquer pour embrasser une carrière de médium guérisseur. Un grand écart incompréhensible sans une plongée en profondeur dans son parcours, à la découverte d’un homme qui a su concilier l’inconciliable : le consulting et le magnétisme, le visible et l’invisible.

Ingénieur de formation, Alain entre dans la vie active comme une fusée. Ses facilités techniques, son énergie et ses grandes compétences relationnelles l’amènent invariablement à prendre les rênes de l’entreprise qui l’emploie. À 38 ans, le voilà propulsé CEO de Swisscom France. Il multipliera ensuite les postes de directeur général, de Nexus Télécom à Zurich au siège genevois d’EP Electricité. Il gère alors 250 employés, 35 millions de budget, 4 filiales… jusqu’à ce jour du printemps 2009 où on lui impose de « réduire la voilure. » Finis les investissements, l’heure est aux licenciements. À bord de sa fusée volant de succès en succès, Alain comprend qu’elle est lancée vers nulle part et qu’il s’est perdu.

Regarder par le hublot

Durant tout ce temps, quand Alain ne s’évertuait pas qu’à faire croitre les bénéfices de ses employeurs, il lisait et étudait assidûment. Des ouvrages de philosophie notamment. Il puise dans cette culture métaphysique la force de lever le nez de son poste de pilotage et de regarder par le hublot. Devant l’immensité des possibles, les fondamentaux de son éducation volent en éclat : « Je suis un pur produit de la société productiviste. Depuis tout petit, on m’a entrainé à travailler dur, à résister à la pression. Pourquoi ? Et pour quoi ? » Alain décide de s’éjecter de la fusée qu’on lui a imposé et de tout reprendre à zéro. Comme le Perdican d’Alfred de Musset, il veut pouvoir se retourner sur sa vie et dire « c’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. »

 

Adolescent, il trouve dans Le Matin des magiciens, introduction au réalisme fantastique de l’ingénieur français Jacques Bergier sa passion pour l’extraordinaire. « Durant mes 25 ans de carrière dans “le faire”, j’ai toujours eu la tête dans “l’être” », confie Alain Giger. Après ce livre, plus de 1'000 autres passeront ainsi sous ses yeux, traitant tous de l’invisible et du paranormal, du best-seller international Le troisième œil de Tuesday Lobsang Rampa à Conversation avec Dieu de Neale Donald Walsch qui donne ce conseil à ses lecteurs : « D’abord tourne toi vers la pensée la plus élevée à propos de toi-même, imagine-toi tel que tu serais si tu vivais cette pensée chaque jour, imagine-toi ce que tu penserais, ferais et dirais et comment tu répondrais à ce que feraient et diraient les autres. »

Écouter la voix au fond de soi

 

Prenant ce précepte à la lettre, Alain écoute enfin cette voix au fond de lui qu’il a étouffée pendant des années : guérir les gens est ce qui l’anime vraiment. La porte de son bureau de CEO refermée derrière lui, il monte dans sa voiture direction le registre du commerce pour inscrire la société de conseil « Alain Giger ». Le lendemain, il aménage une pièce dans sa maison de Grand-Lancy : ce sera son premier cabinet de guérisseur. Désormais sans revenu, Alain ne frappe même pas à la porte du chômage. Sa foi inébranlable en son projet et le soutien total de sa femme – qui ne travaille pas pour se dédier à l’éducation de leurs deux enfants de 7 et 9 ans – lui suffisent. « Tout était très clair dans mon esprit », se souvient-il.

Près de trois décennies à compulser des essais ésotériques et à écouter les conférences de ses mentors spirituels (Haziel, Omraam Mikhaël Aïvanhov) lui assurent une base théorique solide. Reste à la mettre en pratique. Il vide son 2e pilier et part en Inde pour un séminaire du Maître Guruji Sri Vast. Conquis, il en suivra une dizaine d’autres et participera aux retraites organisées par les communautés créées par le maître. La méditation devient une seconde nature pour Alain qui la pratique plus d’une heure chaque matin, avant le lever du soleil. Il complète le tout par une formation d’ostéopathe bioénergéticien et commence à parler autour de lui de sa nouvelle activité de guérisseur.

 

Cultiver son jardin

 

Grâce au bouche-à-oreille, les premiers patients ne se font pas attendre. Il les installe sur la table de massage qu’il a installé chez lui et passe les mains autour d’eux. Il ressent leur énergie, perçoit leurs blocages, dissout leurs douleurs. Son accompagnement passe aussi par l’écoute et le dialogue. Mais le cabinet est loin d’être plein. Il ne voit même pas un patient par jour. Les temps sont durs. Les dettes s’accumulent. Pour assurer une vie décente à sa famille, Alain fonde en 2010 Sunecom SA, entreprise de consulting pour entreprises en mutation et de coaching pour professionnels en transition de carrière. Mais pas question de refaire les erreurs du passé et d’oublier son ambition première : il garde le cap.

 

Cinq ans et trois changements de local plus tard, son cabinet ne désemplit pas. Son activité de guérisseur n’est plus secondaire. Alain a pris sa vie en main pour réaliser son rêve. Il guérit désormais dans un joli salon Quai du Mont-Blanc avec vue sur le Lac Léman. « J’ai planté les graines de ma nouvelle vie en 2010, les fleurs sont apparues en 2015 et j’en récolte aujourd’hui les fruits », résume-t-il.

 

Réaliser son rêve

 

Va-t-il pour autant laisser tomber son activité de coach ? Non. Car de ce job initialement alimentaire, une révélation lui est apparue : les corps deviennent malades car ils ne se réalisent pas. Les enseignements qu’il a suivis et son histoire personnelle lui ont démontré que chacun porte au fond de lui le chemin qui mène au bonheur et à l’épanouissement… à condition d’apprendre à s’écouter, à s’ouvrir, à ôter ses œillères, à faire fi du regard des autres, à ne pas avoir peur, à prendre confiance en soi, à y croire !

Mûr, serein, Alain réconcilie aujourd’hui ses 25 ans de carrière de capitaine d’industrie et sa passion pour l’invisible et la magie, l’âme qui agit explique-t-il. Il est parvenu à faire converger le maniement du cristal du guérisseur et son pointeur laser de consultant en entreprise. Comment ? En intervenant plus tôt, avant que le mal-être ne devienne douleur. 

 

Agissant le plus souvent à distance, il dénoue toujours des blocages et maladies en présence, mais, tel un exhausteur de goût saupoudré sur l’inconscient, il écoute et accompagne ceux qui viennent le voir jusqu’à faire émerger en eux les pouvoirs qu’ils ignorent posséder. « L’objectif de tout guérir demeure le même, seule la procédure a changé », explique-t-il. 

 

Alain a accompli un véritable tour de force : réaliser son rêve tout en aidant chacun à réaliser le sien, dans une santé retrouvée.

  • Google
  • Facebook
  • YouTube
  • Linkedin
  • Instagram

©2020 Alain Giger